loading
BG.jpg BG.jpg

Ce que la révolution a changé dans
la vie de cinq jeunes Egyptiens

Un webdocumentaire de Pauline Beugnies, Nina Hubinet, Rachida El Azzouzi, Marion Guenard
produit par le studio hans lucas
présenté par Radio France

graffiti-clic.png
imen-campagne-clic.png
revolution-clic.png
colere-ouvriere-clic.png
mur-ammar-clic.png
jour-vote-clic.png
Soleyfa-rue-clic.png
retraite-clic.png
kirilos-eglise-clic.png
art-rue-clic.png
amour-clic.png
Soleyfa-voile-clic.png
imen-mere-clic.png
voix-femmes-clic.png
voix-femme-over.png
imen-mere-over.png
amour-over.png
sofia-voile-over.png
art-rue-over.png
kirilos-eglise-over.png
retraite-over.png
Soleyfa-rue-over.png
jour-vote-over.png
mur-ammar-over.png
colere-ouvriere-over.png
revolution-over.png
imen-campagne-over.png
graffitis-over.png
fd-credit.png
Sout El Shabab / La voix des jeunes
Ce que la révolution a changé dans la vie de cinq jeunes Egyptiens
Auteurs : Pauline Beugnies, Rachida El Azzouzi, Marion Guénard et Nina Hubinet

Production : Studio Hans Lucas
Producteur : Wilfrid Estève

///// Responsable de projet web et direction artistique : Virginie Terrasse
Scénarisation interactive : Florent Maurin / ThePixelHunt
Dessins : Ammar Abo Bakr
Logo du titre : Yazaan El Zobi
Direction artistique, graphisme et intégration : Julien Hasenfratz
Développement : Virgil Mendes Dos Santos
Suivi technique : Grégoire Sierra

///// Réalisation : Nicolas Bole et Nina Hubinet avec la participation de Rachida El Azzouzi, Pauline Beugnies, Marion Guénard et Hicham Ezzat.
Montage : Anne Recoules
Captation vidéo : Hervé Verloes, Joan Roels
Photographie : Pauline Beugnies

Prise de Son : Marion Guénard
Post-Production Audio : Jean Kanakubo
Post-Production Images : Clément Brewer
Traduction : Hicham Ezzat
Boucle sonore : Marion Guénard
Musique : Youssra El Hawary (El Soor), Maryam (Toul El Tarie'),
El Thawra Mustamera, Pop Yousri
Catering : Mathieu Michel

Remerciements : Irène Omélianenko, Jean-Marc Four, Daniel Pouzadoux, Nizar Sari El Din, Wael Nadim, Abdel Rahman Ayyash, Bola Abdou, Dalia Hassan, Ramy El Kalyouby, Rania El Shamma, Nourredin Mahmoud, Moaaz Mahmoud, Taboula Delivering, les taxis du Caire, les karkadés de Borsa, le kochari de Qasr El Aïni

Avec la participation du Centre national du cinéma et de l'image animée, du Fonds pour le journalisme de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le parrainage du journal Le Soir.

RADIO FRANCE
France Culture /
Productrice coordinatrice : Irène Omélianenko
Pôle web : Christophe Anton, Antoine Lachand, Eric Chaverou

Radio France Nouveaux Medias /
Directeur des nouveaux médias : Joël Ronez
Directrice adjointe des nouveaux médias : Christilla Huillard-Kann
Chargée de programmes : Camille Renard
Chef de projet : Laure Delmoly

©Radio France Décembre 2012 /" France Culture avec la participation de Radio France Nouveaux Médias "
Avec la participation du Centre National de la Cinématographie
Cécile Hennion, Christophe Ayad, Gert Van Langendonck, Vanessa Descouraux, Marwan Chahine, Victor Salama, Claude Guibal, Catalina Martin-Chico, Johan Rousselot, Rémy Ourdan, Stéphane Siohan, Nicolas Delesalle, Samuel Forey, Virginie Nguyen Hoang, Luca Sola, Peter Verkinderen, Fridda Koeppe, Youssef El Chazli, François Huguet, Marie Kostrz, Valérie Gerbault, Jacques Hubinet, Patricia Hubinet, Fanny Hubinet, Léa Schuhl, Laetitia Dubrou, Robert Dubrou, Emilie Sauvaget, Dominique Leconte, Thomas Brégeon, Ségolène Liger, Aixa Sanchez, Clémence Werner, Jeanne Werner, Wael Nadim, Pauline Ducos, Agathe Dirani, Nadia Youssef, Charlotte Clary, Nadéra Bouazza, Moëz Hannachi, Elsa Foucraut, Moaaz Mahmoud, Jacqueline Foucraut, Bertrand Chautard, Mohamed El Azzouzi, Bahija El Azzouzi, Malika El Azzouzi, Saida Makran, Nathalie Van Praagh, Nathalie Ivanowich, Michelle Hufnagel, Hélène Vuillermet, Marie-Blandine Ferrer, Anne-Cécile Moheng, Ombeline Tamboise, Marguerite Chotard, Giulia Puma, Marion Ribardière, Pierre Blanc, Jean-Philippe Ratone, Mathieu Wibault, Etienne Balmer, Cerise Maréchaud, Faïza Zerouala, Mélanie Gallard, Maxime Souville, Maxime Beneteau, Julia Pascual, Ariane Griessel, Antonin Sabot, Noémie Machado, Rémy Borde, Laurie Borde, Céline Jani, Léa Belkhir, Elodie Guégan, Marie-Laure Arnaud, Anne Brédat, Marie-Anne Bernard, François Mouren-Provensal, Pierre Français, Raymond Bossard, Dominique Schmidt, Cosimo Winkler, Marie Ferré, Anne Ferret, Fabien Peseux, Michel Azaria, Guillaume Masson, Odile Pithsy, Béatrice Leplat, Sébastien Thomas, Pierre Surjous, Raphaël Beaugrand, Olivier Prémel, Cécile Guénard, Aline Fléchel, Hélène Legeay, Florence Lamy-Joly, Damien Bouvier, Lise Cornillier, Baptiste Cornillier, Clément Carabédian, Céline Cornuault, Florence Tran, Bertille Pissavy-Yvernault, David Savoie, Guillaume Masson, Elisabeth Vaughan, Stéphanie Wenger, Stéphanie Sicard, Denis Mahot, Détroit Je t’aime, Madrid Cité indigene, Oscar Corrons, Teddy Martino, Jean Abbiateci, Nicolas Burnens, Florence Chalot, Michel Azaria, Mélanie Delaunay, Muriel Pénicaud, Marie-Anne Verloes, Claire Beugnies, Philippe Beugnies, Nicole Erroyaux, Denis Erroyaux, René Erroyaux, Nadège Defrère, Aurélie Grimberghs, Laurence Buelens, Thomas Freteur, Régine Gergaud, Louise Hain, Melie Le Roy, Emmanuelle Byvoet, Alice Smeets, Jessica Murray, Eric Callens, Sébastien Lalmand, Julien Beauvois, Gwenaëlle Dekegeleer, Esther Beck, David Chauvet, Myriam Hucq, Jacques Michel, Bérénice Van Den Driessche, Olivia, Raskin, Cindy, Cao, Philippe Reale, Céline Hupé, Olivier Heimana, Baudouin Loos, Matthieu Bakolas, Julie DDL, Cécile Walschaerts, Michail Bakolas, Cinéma Le Parc, Instants Production, Nadine Isaac, Adeline Graas, Jeremy Wyler, Adeline LeSaint, Fursy Verdoy, Nadia Berg, Emma Aguilera, Hélène Bienvenu, Abdessamed Sahali, Emma Aguilera.
Et tous les autres généreux anonymes!
Et un grand merci aux 232 donateurs de Kisskissbankbank pour leur générosité :
fermer-credit
fd-menu.png
menu-ammar.png
menu-Kirilos.png
menu-soleyfa.png
menu-ayman.png
menu-imen.png
btn-volume-on.png
btn-volume-off.png
btn-twitter.png
btn-FB.png
btn-credit.png
Avant la révolution, Ammar enseignait un art policé à l'université de Louxor. Il bombe désormais ses pochoirs sur les murs du Caire, au gré des soubresauts de la transition égyptienne. Selon lui, l’art doit descendre dans la rue pour permettre aux Egyptiens de se réapproprier leur histoire et leur culture, que des décennies de dictature ont maintenues sous silence.
Les graffitis dans la bataille
Le mur d'Ammar
L'art de la rue
Imen a grandi dans une famille de Frères musulmans. En janvier 2011, l’appel de la rue est trop fort : elle décide de rejoindre les manifestations sans attendre les ordres de la confrérie. Islamiste, Imen critique ouvertement les dirigeants Frères musulmans, restés sourds aux demandes des jeunes. Elle entend réinventer la place de la femme dans la société.
menu-ammar-clic
menu-Kirilos-clic
menu-soleyfa-clic
menu-ayman-clic
menu-imen-clic
Kirilos face à l'église
La révolution des jeunes coptes
Kirilos vit à Qena, une ville du sud de l'Egypte, loin de la modernité du Caire. Ce jeune copte n'a pas participé au soulèvement, voyant dans l’autoritarisme de Moubarak un rempart à une menace plus grave, l’islamisme. Pourtant, la révolution a ébranlé ses croyances. Aujourd’hui, Kirilos revendique de penser par lui-même, loin de l’influence de l’Eglise.
Militante de la première heure, Soleyfa est descendue place Tahrir pour faire tomber le régime autoritaire de Moubarak et pour dénoncer l’apathie de ses parents résignés à vivre sous le joug de la dictature. Plus question désormais de se faire dicter sa conduite : elle a fait tomber le voile, allant à contre-courant d’une société largement conservatrice.
Soleyfa redescend dans la rue
Soleyfa sans son voile
La voix des femmes est révolution
Ayman est un jeune militant libéral de Suez, l'un des berceaux de la rébellion anti-Moubarak. Avocat de profession, il a pris fait et cause pour les ouvriers de cette ville, discriminée depuis des années par le régime. C'est lors des manifestations de janvier 2011 qu'il a rencontré Hagar, une jeune Soeur musulmane tout aussi révolutionnaire que lui.
Colère ouvrière
Un amour du 25 janvier
Á la retraite, les Frères Musulmans
Imen en campagne
Imen, sa mère et Tahrir

< retour aux portraits

fermer-sonon

00:00:00

fermer-sonoff
BG-video.png
portrait-ammar.png
portrait-kirilos.png
portrait-soleyfa.png
portrait-ayman.png
portrait-imen.png
fd-chapitre.png
UNE RÉVOLUTION INTIME
Le soulèvement contre Moubarak a bouleversé la vie politique égyptienne, mais pas seulement. L'onde de choc de la révolution a aussi atteint la vie personnelle de nombreux Egyptiens. Dans le couple ou la famille, certains codes sociaux sont remis en cause.
UNE GÉNÉRATION EN CONSTRUCTION
La jeunesse égyptienne a été le moteur de la révolution. Dans les familles, dans les partis politiques, la rupture opérée par le soulèvement provoque souvent une opposition entre générations. Les jeunes n'hésitent plus, désormais, à tenir tête à leurs aînés.
LA PAROLE LIBÉRÉE
La révolution égyptienne a ouvert la voie à un changement de mentalités. Sous l'ère Moubarak, affirmer ses opinions était perçu comme inutile ou dangereux. Aujourd'hui, les tensions sont vives, mais les Egyptiens s'expriment librement, dans la rue, dans les discussions, dans les meetings politiques.
logo-FranceCulture.png
fleche-droite.png